Migration vers Namphar’s Corner

Posté par namphar le 3 juin 2013

Le blog migre désormais intégralement vers le site Namphar’s Corner, qui pour l’occasion a subit quelques améliorations graphiques.  L’ensemble des articles va donc être copié (progressivement) et au menu des nouveautés, vous allez trouver quelques instant dans le grand ouest américain, dont voici un aperçu à San Francisco :

Entre rose et océan (Namphar's Corner)

A bientôt sur :

Namphar's Corner

Publié dans Architecture, Bla bla, Hors albums | Pas de Commentaire »

Les accessoires en photo : indispensable… ou pas ?

Posté par namphar le 4 juin 2012

S’équiper en photographie est un problème épineux. Le choix de l’appareil et des objectifs est la principale difficulté qui dépendra de nombreux critères (budget, type de photographie, environnement…).

Mais une fois ce choix cornélien résolu, se pose une deuxième question : quelles sont les accessoires à prendre avec l’appareil ?

Un éventail non exhaustif de ce qui se trouve sur le marché :

- Trépied (et autres monopod)
- Paresoleil
- Grip
- Filtre uv
- Filtre polarissant
- Filtre gris neutre
- Filtre de couleurs ou spécialisé
- Bague et complément optique
- Télécommande
- Flash, éclairage et autres accessoires réfléchissant…
- …

Pour s’équiper complétement, il ne faut pas oublier d’acheter également le camion nécessaire au transport du matériel…

Je vais tenter de décrire succinctement l’utilisation des principaux accessoires portatifs en ajoutant mon avis (forcement très subjectif) sur la question.

Trépied :

Intérêt : Indispensable pour certains types de photographie, mais terriblement lourd et encombrant.

L’objectif principale du trépied est de stabiliser l’appareil.
Cela va permettre d’éviter les flous de bougé en cas de vitesse un peu faible (voir l’aparté sur la VLT dans mon article sur l’EOS 7D).
Mais cela va également permettre de prendre des photos en pose longue (ex : photo de nuit), ou la même photo à plusieurs mesures d’exposition (pour HDR), impossible à réaliser sans.

Voici un exemple de photographie, emprunté sur flickr, qui va nécessiter l’utilisation d’un trépied et d’un filtre gris neutre :

Cascade
Copyright Rob Elis, cliquez sur l’image pour voir en grand sur Flickr

  • Nous avons une photographie de pose longue (effet coulant de l’eau) : un trépied est donc nécessaire.
  • Le rendu (type de grain / contraste / couleur) indique également qu’il s’agit d’un hdr : la même photo doit donc être prise à plusieurs mesure d’exposition (ex : mon premier article sur le HDR) : un trépied est donc nécessaire.
  • La pose longue étant effectué en plein jour, un filtre gris neutre (description un peu plus bas) est probablement également nécessaire.

Le trépied devra s’accompagner d’une télécommande, car faire bouger l’appareil en appuyant sur le bouton pour prendre la photo réduit fortement son intérêt .

Le souci avec les trépieds est que plus ils sont de bonne qualité (donc stable et réglable), plus ils sont lourds et encombrants.

Pare-soleil :

Intérêt : Assez utile

Il est surtout utile quand il y a le risque que les rayons du soleil donnent directement sur la lentille frontale (et créent du flare sur la photo), par exemple en cas de contre-jour partiel ou total.
C’est particulièrement important avec les courtes focales dont la lentille frontale est proéminente. Mais le paresoleil contribue aussi à protéger la lentille des chocs et autres raillures.

Filtre UV :

Intérêt : Assez inutile

Un filtre UV vissée en permanence sur chaque objectif n’a que peu d’intérêt pour les UV avec les optiques actuelles, mais constituent une très bonne protection pour la lentille frontale (poussière, projections, traces de doigt, etc.).

Filtre polarisant :

Intérêt : Gadjet

En théorie, le but du filtre polarisant est d’éviter les reflets sur un plan d’eau et autres surfaces réfléchissantes. Ils ont aussi pour effet d’accroître la saturation des ciels bleu. Néanmoins en pratique, cela ne fonctionne qu’avec un certain angle de la lumière, et c’est beaucoup moins utile en numérique qu’en argentique. Les mêmes effets, ou presque, peuvent être rendu lors du post-traitement.

Filtre gris neutre :

Intérêt : Utile pour certaines photos

Pour prendre des photos en pose longue même en plein jour (par exemple pour obtenir un effet soyeux sur une cascade comme au dessus).

Exemple : Pour la cascade en plein jour, le temps de pause minimum nécessaire sera de 4s . Sans filtre, même à focal 20 et 100 iso, vous aurez une surexposition complète (écran blanc). Vous devez donc avoir un filtre gris neutre dans ces cas.

Filtre gris neutres dégradé: Afin de diminuer les contrastes trop importants en assombrissant une partie de l’image, par exemple pour éviter d’avoir un ciel surexposé ou un paysage sous-exposé. Ces filtres rentrent dans la catégorie suivante :

Filtre de couleurs ou spécialisé

Intérêt : Gadjet

Pour un usage très spécialisé qui en règle générale peut être réalisé en post-traitement.

Bague et complément optique

Intérêt : Gain de place mais coût exorbitant

Dans cette catégorie, nous allons avoir les adaptateurs de format (bague de conversion de x mm à y mm et autres adaptateurs) dont l’usage est très spécifique et pas très intéressant. Le plus marquant sera les tubes allonges et les multiplicateurs de focale. Ces deux éléments auront pour effet de rallonger la focale : c’est à dire que l’objectif sera un zoom plus performant. Chez canon, on trouve sur le marché, entres autres :

  • Les tubes allonges EF-25. Ils allongent l’objectif de 25 mm : un 100 mm devient donc un 125 mm. Le prix à payer est une légère baisse de la lumière, il faudra donc compenser lors de la prise de vue.
  • Les multiplicateurs de focal (x1.4 ou x2). Double cette fois la focale (pour le doubleur) : un 100 mm devient un 200mm. Par contre, on perd à nouveau en luminosité et en ouverture minimum. Pour un doubleur, la perte est à la hauteur de 2 diaphragmes (un 100mm f2.8 deviens donc un 200mm f5.6). Pour un 1.4 la perte est d’un diaphragme (un 100mm f2.8 deviens donc un 140mm f4.0).

L’avantage est donc d’avoir une capacité de zoom plus importante  sans avoir besoin de transporter (et d’acheter) un autre objectif. L’inconvénient est le prix à payer (jusqu’a 500 € environ pour un multiplicateur de focal).

Publié dans Bla bla, Technique | Pas de Commentaire »

Changement vers EOS 7D : Impression à chaud et à froid

Posté par namphar le 4 mai 2012

Après quelques mois d’hésitation, j’ai fini par me décider : j’ai pris l’EOS 7D en remplacement de mon 400D. Une bonne offre promotionnelle au salon de la photo en octobre dernier m’a bien aidé à sauter le pas.

Caractéristiques EOS 7D

  • Capteur CMOS APS-C 18 millions de pixels
  • Jusqu’à 8 im./s
  • Plage ISO allant jusqu’à 12.800
  • Couverture 100 % du viseur
  • 19 collimateurs AF de type croisé
  • Système de mesure iFCL
  • Double processeur DIGIC 4
  • Enregistrement Full HD
  • Transmetteur Speedlite intégré
  • Écran LCD Clear View II de 3 pouces
  • Boîtier en alliage de magnésium assurant une protection contre les intempéries
  • Date de sortie : 2009
  • Prix actuel : 1500 € Nu
 Changement vers EOS 7D : Impression à chaud et à froid dans Bla bla EOS_7D_w200_tcm79-675031

 

Première impression à la prise en main :

Par rapport au 400D : C’est gros, c’est lourd. Il fait peur à ma femme, qui préfère rester sur le 400D :) .

On retrouve l’interface et les modes habituelles chez Canon. Néanmoins l’interface à plus de bouton, et le jonglage avec les différentes molettes (4 au total) est assez déroutant.

 Canon_EOS_7D_Dos_545-89883 blog photo dans Technique

Les réglages principaux se font avec la grosse molette arrière (ouverture en mode Manuel), et avec la molette du dessus (vitesse en mode Manuel). Mais également il faut parfois également utiliser le bouton « manual fonc » ou le mini joystick pour le changement de certains mode (type de point de focus…). C’est une autre habitude à prendre.

 CAnon_EOS_7D_lcd8sUP1_200-d9368 conseil dans Test

L’interface est tout de même assez bien conçue. L’écran en arrière est beau et très grand : il permet enfin de voir quelque chose à sa photo sans attendre le pc.

Coté paramétrage : beaucoup d’options disponible. Les photos par défaut sont plus colorés et lumineuse que sur le 400D. Cela change pas mal le post-traitement. Néanmoins des options proposées par défaut dans l’appareil comme la compensation auto de la luminosité sont beaucoup trop violente à mon goût et ont été désactivé. Les photos sont même souvent surexposées dans les réglages tout auto.

Pour conclure, après une première série de photo : c’est un appareil avec très gros potentiel, mais la bête est difficile à amadouer. Pas mal de ratage, mais quand la photo est bien prise, elle est vraiment bonne, très peu de retouche à faire.

 

Seconde impression au bout de quelques mois :

Cela fait aujourd’hui environ 6 mois que je l’utilise : mon bilan est positif.

Commençons par les points négatifs :

  • L’interface reste toujours assez déroutante, malgré ses multiples possibilités (directement sur l’écran arrière, via les différentes molettes). Il me faut toujours un peu de temps pour retrouver comment régler certains paramètres.
  • Au niveau ISO, je ne trouve pas les résultats acceptables au dessus 1600 ISO en cas de faibles lumières. Donc finalement pas beaucoup d’évolution sur ce point.
  • L’appareil reste assez gros et lourd, pas toujours pratique en randonnée. Néanmoins les grips et la prise à main est suffisamment bonne pour ne pas être gênant lors des prise de vue.
  • Enfin, le principale point négatif que j’ai pu expérimenter : un défaut de réglage de mise au point. Au bout de 2/3 mois d’utilisation, je continuai à avoir certaines photos inexplicablement légèrement flou. Avoir des flou de bouger, ou des flous suite à une vitesse trop faible par rapport à la distance de mise au point, c’est normal.
    Mais quand tous les paramètres sont respectés et que certains résultats sont bizarres, je me pose des questions.
    En cherchant des explications sur le net, il semble avoir un problème récurrent de front/back focus sur les 7D.
    Ayant un SAV canon pas très loin, je vais y faire un tour avec l’appareil et les objectifs.  Je suis très bien reçu et pris en charge par le guichet pro. Ils prennent en charge l’appareil et les objectifs (même les plus vieux, qui ne sont plus sous garantie). Le lendemain le SAV me contact et m’indique que les réglages sont effectués. Je récupère le matos sans rien devoir régler.
    Aujourd’hui (cela fait donc environ 3 mois que l’appareil est passé par le SAV), je n’ai jamais revu ces flous étranges et inexpliqué, donc plus aucun problème à noter. Donc bon point pour le SAV, mais un meilleur réglage de l’appareil en usine aurai tout de même été appréciable de la part d’une telle entreprise.

Petit aparté technique sur la VLT, ou Vitesse Limite Théorique : en théorie pour une photo nette la vitesse doit être de 1/focal(mm) minimum, soit 1/200s à 200mm par exemple. En dessous, la photo risque d’être flou et nette au dessus.
Toujours en théorie, il faut pondérer cela dans le cas des APS-C, à cause du multiplicateur de focal natif de 1.6 (donc 200mm demande 1/(200*1.6) soit 1/320.
Et enfin, il faut également prendre en compte les stabilisateurs d’image des objectifs qui permettent de gagner entre 2/4 gain de vitesse.
Bref, en pratique, c’est un gros bordel à calculer et pas forcement vrai dans tout les cas. Vous pouvez faire des photos nette à des vitesses bien inférieur. Mais cela reste un bon indicateur pour éviter les problèmes.

En points positifs :

  • L’écran est effectivement très sympa. Meilleur visibilité immédiate des photos, donc au final beaucoup plus de réussite qu’avant, pour moins de photo prise sur l’ensemble d’un voyage. La visibilité 100% du viseur est également très utile.
  • Même si l’appareil est plus lourd, la prise en main est bonne. Il est très agréable à utiliser (jonglage de molettes pour certains réglages mise à part).
  • Le mode RAW de base rempli à la carte mémoire à une vitesse hallucinante, du coup je suis passé en mode M-RAW (10 méga pixel au lieu de 18) qui réduit la taille des clichés, et les photos sont toujours aussi bonnes.
  • Maintenant que l’AF est effectivement bien réglée, les photos floues sont uniquement de ma faute. La finesse et la précision de l’AF est désormais un régal et les réglages des différents point de focus très utile.
  • La vitesse de prise de vue est également très agréable, même si 8 im/s c’est un peu « too much ».
  • Le mode vidéo est très sympa. Ce n’est pas pour cela que j’ai pris cet appareil, mais finalement c’est un plus appréciable. Les vidéos sont d’assez bonne qualité. Néanmoins grosse contrainte : la mise au point manuelle nécessaire pendant les films (pas d’auto focus), vraiment pas pratique pour gros un amateur comme moi. Le réglage de l’exposition est automatique et il est possible de faire la mise au point auto avant le film, mais une fois lancé, plus moyen (sans passer en mode manuel).

 Image de prévisualisation YouTube

Voici un exemple de film pris pendant mon dernier voyage : une mygale (ou Matoutou en langage local, âme sensible s’abstenir) pris en Martinique (p.i. : les photos du voyage sont en cours de post-traitement). Les mouvements et autres flous sont liés au caméran vraiment pas doué devant se déplacer pour garder la mise au point… Ok, j’ai du travail avant de faire un film correct.

 

Au final, je ne regrette pas du tout cet achat. Cela reste un appareil complexe d’utilisation, il faut oublier les modes automatiques dans un certains nombres de cas (en basse lumière dans des sous-bois par exemple) et passer en full manuel.

Néanmoins son potentiel est énorme, et une fois pris en main, très agréable à utiliser avec de très bon résultat.

 

Publié dans Bla bla, Technique, Test | Pas de Commentaire »

Exemple de workflow sous photoshop

Posté par namphar le 30 septembre 2011

Pour moi, le post-traitement est un outil indispensable et inséparable de la photographie moderne. Les puristes (les vieux ? :p) vont diront que seul le réglage de l’appareil au moment de la prise de la photo est important, et si le résultat n’est pas parfait, arrête la photo. C’était peut-être vrai du temps de l’argentique. Maintenant la technologie évolue, par la même, les techniques de photographie également. Il est désormais possible avec le post-traitement de rattraper une certaine part d’erreur dans la photographie initiale, mais également de faire de véritable création artistique.

Photoshop est un outil particulièrement puissant pour cela, mais très difficile d’utilisation. A force de tâtonnement et de suivi de tutoriel sur le web, j’ai dégagé quelques manipulations assez intéressantes et pas trop compliquées. Je vais donc vous présenter mon utilisation (très basique et sans prétention) de Photoshop à travers un exemple.

Reprenons la proxi-photo « jeux de couleur ». Le format final :

demo08.jpg

La photo avant les traitements :

 

demo01.jpg

A ce stade, la photo, au format RAW d’origine, est juste passé dans DPP, où quelques réglages ont été effectués (balance des blancs, profil de couleur « standard », quelques équilibrages). Puis exportée en jpg à destination de Photoshop. Je présenterai dans un autre article les possibilités dans DPP.

Première étape : les niveaux, le but est de resserrer dans la courbe des couleurs.

J’utilise généralement le bouton automatique pour cette étape. Sur une courbe très large (prenant de 0 à 255 sur l’axe des abscisses dans le graphique ci dessous)  cela n’aura aucun effet. Par contre sur une courbe serrée cela sera efficace (voir trop efficace, dans ce cas il faut réduire manuellement les niveaux vers la courbe). Le but est de positionner les curseurs à la limite de la courbe. Cela ravive les couleurs de la photo.

demo01niv2.jpg demo02.jpg

 

Deuxième étape : La courbe en manuel. But : gérer la luminosité des différents niveaux. Ici une augmentation de la luminosité des parties intermédiaire et un renforcement des parties foncées.

demo01niv2.jpg demo03.jpg

 

Troisième étape : Vibrance, similaire et préférable à la saturation, c’est beaucoup moins violent en ayant le même effet (les valeurs sont bornées dans la vibrance afin d’éviter les couleurs « baveuses »).

demo01niv2.jpg demo04.jpg

 

Quatrième étape : Balance des couleurs. Pour renforcer certaines couleurs. Ici renforcer le vert était beaucoup trop violent, mais la couleur secondaire : le rouge était beaucoup plus agréable.

demo01niv2.jpg demo05.jpg

 

Cinquième étape : Contraste et luminosité. Afin de renforcer un peu la profondeur des couleurs.

demo01niv2.jpg demo06.jpg

A ce stade je fusionne les claques en un nouveau, afin de conserver les anciens (modifications ultérieures) et le résultat actuel (touche racourcie ctrl+ alt + E).

 

Sixième étape : Gestion de la lumière. Pour mettre en valeur certains éléments et simuler un parfait éclairage de la scène.
Pour compenser l’uniformité importante de la scène sur cette photo (c’est une erreur en proxi/macro, j’ai souhaité compenser en faisant ressortir la feuille principale et l’espèce de fleur).

Pour cela, il faut créer un claque gris neutre (nouveau calque de type incrustation) puis passer le pinceau (en mode incrustation) sur les parties que l’on veut masquer (pinceau noir), ou mettre en valeur (pinceau blanc). Il faut bien sûr régler le niveau de transparence du pinceau (en générale entre 15 et 30 %). L’image à gauche est le claque gris neutre en question, avec les zones sombres (en dehors de la feuille de premier plan) et la zone clair pour la fleur.

demo06calque.jpg

demo07final.jpg

 

En enfin, un petit calque de contraste pour finir la luminosité, et donc le format final (avec l’historique à gauche) :

demo01niv2.jpg demo08.jpg

 

Je vous invite à aller voir le blog de Diane Varner. Excellentissime photoblog où elle propose en téléchargement des fichiers Photoshop exemple utilisant les traitements cités plus haut et bien plus encore que je n’ai pas encore réussi à décomposer.

Publié dans Bla bla, Photoshop, Technique | 1 Commentaire »

Namphar’s Corner : Nouvelle présentation des photos

Posté par namphar le 31 août 2011

Un nouveau site est disponible pour mes photos : Namphar’s corner

Dans le format classique des photoblog (template pixelpost disponible sur le web), il met plus en valeur les photos, avec aucun blabla. Les tribulations d’un touriste non averti continuera d’être alimenté, avec des articles et des photos, conjointement à l’autre site.

Publié dans Bla bla | Pas de Commentaire »

Essai du Canon 100mm Macro f2.8 L IS USM

Posté par namphar le 5 août 2011

hebergeur image

Au déballage du paquet,  la boite contient l’objectif (heureusement Langue), mais aussi un pare soleil et une housse. Avantage au série L par rapport au série standard. Seul point négatif, c’est juste une housse souple, dans laquelle je n’ai pas trop envie de ranger un objectif de ce prix, mais bon, c’est toujours ça.

Montage sur le boitier en alignant le point rouge cette fois, pas le blanc comme sur les EF-S. Première impression : USM rapide, précis et silencieux, même à côté du 17/55. C’est un objectif très agréable à manier. La qualité de construction qui est très bonne me semble similaire au 17-55 (pourtant non qualifié de « L »). L’absence d’avancée de la lentille centrale  lors de la mise au point est très agréable.

A l’utilisation : La map manuelle en mode AF est très facile et permet de gagner du temps pour la mise au point. Un bouton permet également d’accélérer la mise au point: il limite la distance de prise de vue (3 modes : 30/50cm, 50cm/infini, et full). Un peu déroutant au début, lorsque l’on n’arrive pas à faire la mise au point sans trop savoir pourquoi. Puis on réfléchi : « Ha oui, je dois être à plus de 50 cm, faut changer de mode… ».

Essai du Canon 100mm Macro f2.8 L IS USM dans Bla bla 1108050831101315658550631

La profondeur de champ est très courte, de l’ordre du millimètre, même avec une ouverture assez petite. Elle devient donc très délicate à régler.

Autre point, l’objectif demande beaucoup de lumière. J’ai fait quelques tests avec le 55-250 à 100mm, sur un même sujet, l’objectif demande une vitesse de moins pour une même exposition (par exemple : 1/60 au lieu de 1/80 sur le zoom). Un flash risque de devenir assez incontournable.

Au dérush : Au niveau qualité des images, c’est top. Le piqué et les couleurs sont excellents. Le bokeh sublime. Je ne trouve pas de critique à faire Triste.

La stabilisation est très efficace, mais sur des insectes qui ne restent pas en place, encore pas mal de flou en lumière naturelle. Le rapport 1:1 permet de prendre un maximum de détail et de couleur sur une simple mouche.

Lorsque l’on regarde les tests sur internet, comparé cet objectif avec le zoom 55/250 d’entrée de gamme est de l’ordre du ridicule, tant les différences sont théoriquement (et financièrement) importantes. Histoire d’avoir ma propre idée, j’ai fait quelques tests.

Les conditions : Lumière naturelle, trépied, mode AV pour garder la focale. Appareil en RAW, image neutre, balance des blancs automatiques.

Les résultats (brute de capteur, map sur le menton) :

1108050846111315658550661 dans Test 1108050846111315658550660
55/250, 100mm f8, 1/30s 100 Macro, 100mm f8, 1/25s

On peut noter, en faveur de l’objectif macro :

  • Différence de bokeh, plus fin et plus contrasté. Notamment au niveau des barreaux de la chaise.
  • Plus de couleur, notamment sur le nez du troll et sur le lutin qui porte la souche en arrière plan.
  • Plus de piqué, notamment dans les cheveux.

Je ne vais pas faire de crops à 100%, les photos non réduites n’étant pas particulièrement utiles pour une utilisation normale (que se soit en affichage à l’écran ou en impression sur des dimensions standards). Néanmoins, même avec ces images fortement réduites pour un affichage web, les différences sont bien visibles.

Pour conclure, je dirai que du bon. C’est un objectif très cher, mais finalement pas tant que ça pour une catégorie L en focal 2.8 stabilisé. Les résultats en macro et proxi sont renversant, même sur un appareil de base comme le 400D. Et à première vue ses résultats en tant que 100 mm fixe (hors macro) sont excellents.

Encore plus que pour un objectif d’entrée de gamme, une période d’adaptation pour maîtriser la bête est nécessaire, mais je sens qu’il y a de quoi se faire plaisir avec ce joujou Cool

 

Publié dans Bla bla, Test | Pas de Commentaire »

Comparatif du Canon 7D et du 5D mark II

Posté par namphar le 1 juillet 2011

Tout d’abord, la pensée des bestiaux :

Caractéristiques EOS 7D

  • Capteur CMOS APS-C 18 millions de pixels
  • Jusqu’à 8 im./s
  • Plage ISO allant jusqu’à 12.800
  • Couverture 100 % du viseur
  • 19 collimateurs AF de type croisé
  • Système de mesure iFCL
  • Double processeur DIGIC 4
  • Enregistrement Full HD
  • Transmetteur Speedlite intégré
  • Écran LCD Clear View II de 3 pouces
  • Boîtier en alliage de magnésium assurant une protection contre les intempéries
  • Date de sortie : 2009
  • Prix actuel : 1500 € Nu
EOS 7D

Le plus haut de gamme des reflex APS-C (format destiné au grand public), il est à la limite entre la gamme pro et amateur.

Caractéristiques EOS 5D Mark II

  • Capteur CMOS plein format de 21,1 millions de pixels
  • Processeur DIGIC 4
  • Plage ISO extensible jusqu’à 25.600
  • Enregistrement de vidéos en Full HD (1080p, 30 im./s)
  • Écran LCD VGA haute résolution de 3 pouces avec visée directe
  • Jusqu’à 3,9 im./s selon capacité de la carte mémoire
  • 9 collimateurs AF plus 6 collimateurs d’assistance AF
  • Boîtier en alliage de magnésium
  • Date de sortie : 2008
  • Prix actuel : 2000 € Nu
EOS 5D Mark II

Un peu plus vieux que le 7D, on passe cette fois dans le début de la gamme professionnel avec un capteur FF (Full Frame).

Il y a beaucoup de différences techniques entre un capteur APS-C et un Full Frame que je serai bien incapable d’expliquer. Ce que j’ai retenu est que l’angle de vue sur APS-C est plus petit que le FF. Le chemin entre le bout de l’objectif et le capteur est plus court. Cela permet de faire des objectifs dédiés (le format EF-S chez canon), plus compact et plus léger (donc meilleur marché) que les objectifs dédié FF (le format EF).

Il va en résulter de grosses différences d’images. En effet, les appareils APS-C effectuent un multiplicateur de 1.6 sur les images. Ainsi, une photo prise à 100 mm sur un APS-C sera réellement prise à 160mm, et donc beaucoup plus zoomée que sur un FF. Ainsi un zoom de 55-250 mm correspond à 88-400 mm sur FF. L’inconvénient est une perte de qualité d’image  sur les APS-C, que même les meilleurs capteurs du domaine (comme sur le 7D) non pas encore réussis à corriger.

L’APS-C a, par contre, pour avantage d’être compatible avec tous les objectifs de la gamme EF et forcement EF-S. Alors que le FF n’est compatible qu’avec le format EF.

 

 

 

 


Après avoir parcouru un grand nombre de test, de forum et d’avis d’utilisateur, voici les conclusions auquel je suis arrivé :

  • En terme de qualité graphique (couleur, contraste, piqué) une fois les images réduites et post-traité pour un affichage ou une impression standard, les différences entre le 400D et le 7D ne sont pas très probantes. Seul le 5D sort du lot avec un piqué très fin et précis. Avantage à la qualité de construction du capteur Full Frame, pourtant plus vieux et moins fourni en pixel que celui du 7D.
  • La monté en ISO est par contre largement supérieur sur le 7D par rapport au 400D (3200 ISO utilisable sans souci et 1 niveau de différence entre le 400D et le 7D (1600 ISO 7 D = 800 ISO 400D en terme de qualité). Le 5D est encore supérieur au 7D avec une très bonne définition jusqu’en 6400.
  • La gestion de l’AF est largement supérieur sur le 7D avec un collimateur en 19 points (au lieu de 9), un large choix (point/point, zone…) et un AI servo a priori largement plus rapide et précis. Il est même supérieur au 5D sur ces points.
  • Des configurations intéressantes sur la gestion de la lumière, du flash, … dans le 7D. Des avis et des photos test concorde pour indiquer que par défaut le 7D surexpose légèrement. Un meilleur réglage de sa configuration permet d’y remédier.
  • Une interface mieux conçue (bouton rotatif) et configurable, un meilleur viseur, un écran plus grand. Sur tous ces points le 7D est même supérieur au 5D.
  • Ajout de la vidéo pour les 2.

Globalement les professionnels aiment le 5D et le 7D en les destinant chacun à une utilisation différente :

  • Paysage et portrait pour le 5D, où la qualité du capteur et son format Full Frame prend le dessus.
  • Sport, Faune et globalement plus généraliste pour le 7D, où la qualité de l’AF, le format rafale de fou (8 images/s) et le capteur APS-C (multiplicateur x1.6 automatique de la focale) devient intéressant.

Pour ma part, je serai fort tenté par le 5D qui correspond plus à mes types de photo, mais l’incompatibilité de mes objectifs actuels pose un réel problème.

Autant le zoom 55/250 qui est une entrée de gamme, n’est pas gênant à changer; autant la perte du 17/55 f2.8 est plus conséquente. Outre son prix (900 €, qui n’a toujours pas baissé depuis que je l’ai acheté), il n’a pas d’équivalent au format EF. Le plus proche est le EF 24/70 mm L f2.8 USM (avec la conversion le 17/55 est en réalité un 27/88 mm). Il perd en zoom et le stabilisateur (IS) mais gagne un peu en grand angle. Il est convenu que la qualité d’optique du 17/55 en fait un « L caché » et ses performances sont similaires au 24/70. Je serai donc obligé de me séparer d’un excellent objectif pour prendre un moins pratique pour mon utilisation et qui aligne 1100 € au compteur.

Il faudra également changer le zoom, qui certes est de qualité médiocre, mais en terme de focale n’a d’équivalent que le 100/400 L qui coute dans les 1400 €. Il n’est pas d’aussi bonne qualité que des objectifs plus dédiés comme les 70/200 ou les focales fixes. Et puis, se trimbaler 3-4 objectifs en trek/randonnée d’1kg ou plus chacun, ce n’est pas vraiment l’idéal. Le tout nouveau 70/300 L f4/5.6 IS USM semble être le meilleur compromis en terme de poids / taille /qualité et longueur de focale. Il aligne quand même également 1400 € au compteur et reste plus court que mes 400mm actuel (que je trouve d’ailleurs un peu court sur de la faune, 500 mm serait l’idéal). Au final : 4600 €. Triste

Reste donc le 7D, mais l’absence d’amélioration de qualité d’image sur une photo standard (hors monté en ISO ou Ai servo) laisse à réfléchir. Néanmoins, les capacités et l’interface du 7D font une grande amélioration avec le 400D. Le choix n’est pas simple.

A savoir qu’un nouvel appareil devrait être commercialisé par Canon en septembre. Or, si les cycles de renouvellement sont respectés se serait peut-être pour un remplaçant du 5D. Avec un peu de chance cela devrait faire bien baisser le prix du 5D qui sera alors en déstockage.

Différentes sources intéressantes de comparatif :

http://www.cameralabs.com/reviews/Canon_EOS_7D/design.shtml

http://www.the-digital-picture.com/Reviews/Canon-EOS-7D-Digital-SLR-Camera-Review.aspx

http://rolandlim.wordpress.com/2009/11/06/canon-eos-7d-review/

Forums :

http://www.eos-numerique.com/forum.php

http://forum.hardware.fr/hfr/Photonumerique/Appareil/unique-canon-veloute-sujet_19622_1.htm

Publié dans Bla bla, Technique, Test | Pas de Commentaire »

Rétrospective sur le Canon 400D

Posté par namphar le 1 juillet 2011

Le temps du changement d’appareil et de l’étude de marché sont venus pour moi Sourire Avant de commencer à étudier les nouveaux modèles, voici mon avis sur le reflex que j’utilise depuis quelques années, le Canon EOS 400D :

Ses caractéristiques, bonne à l’époque de sa sortie :

 

Caractéristiques

  • Capteur CMOS 10,1 millions de pixels
  • Système EOS de nettoyage intégré
  • Ecran LCD de 2,5 pouces
  • Large plage AF à 9 point points
  • Styles d’images
  • DIGIC II
  • 3 im./sec, sur une rafale de 27 image JPEG
  • Logiciel DPP pour le traitement des images RAW
  • Compact, léger
  • Compatible avec tous les objectifs EF/EF-S et les flashes Speedlite EX
EOS 400D

 

 

 


Bons points :  

  • Solide, léger : vu les traitements que je lui ai fais subir lors des voyages (de -20° à +45°, pluie, humidité…), y compris des chutes, il tient bien la route Langue
  • Interface bien conçu, boutons pratiques
  • Qualité d’image intéressante en RAW
  • Monté en ISO correct

 

Mauvais points :

  • Autofocus pourri : AI servo ultra naze, AF pas très précis et assez instable.
  • Viseur limité en taille, on ne voit pas tout ce qu’il y aura sur la photo et le viseur est petit
  • Ecran inutile (trop petit) pour juger la photo : On voit les grosses tendances (exposition, cadrage), mais pas les détails (profondeur de champs, flou de bouger).
  • Pas de profondeur de champs sur le viseur

 

 

 


 

C’est un bon appareil pour commencer la photographie, et s’équiper en objectif utile à sa pratique. Mais, comme tout reflex, ce n’est pas un appareil « prêt à imprimer ». Le post traitement est obligatoire et quelques notions de photo (focus, vitesse, focale, profondeur de champs…) également pour commencer à faire de belle photo.

Les réflex livrent des photos neutres destinées à être traitées sur l’ordinateur avec les choix du photographe. A l’inverse, les compacts et les bridges offrent des photos avec des préréglages en usine pour les rendre les plus attrayantes possibles au plus grand nombre. Une photo brute issue d’un compact sera donc beaucoup colorée et contrastée que sur un reflex, quelque soit son prix.

Outre le post-traitement, le plus important dans un reflex reste, les objectifs. Ils vont nécessiter un lourd investissement mais ils vont réellement ouvrir les possibilités de prise de vue. Avec l’évolution technologique, les boitiers ont généralement une durée de vie de 4/5 ans, alors qu’un bon objectif peut se garder plus de dix ans et changer régulièrement de boitier (à condition d’être compatible bien sûr).

Je cherche maintenant à changer d’appareil et je me dirige à priori vers le 7D ou éventuellement le 5D mark II. Reste à étudier les qualités de ces deux appareils et le budget dont je dispose.

Publié dans Bla bla, Test | Pas de Commentaire »

Bonjour tout le monde !

Posté par namphar le 24 avril 2011

Photographe débutant et passionné de voyage, je vais présenter dans ce blog photo quelques unes de mes essais de photo, relative à mes voyages ou en fonction de l’inspiration du moment.

Mon but est d’arriver un jour à faire de belles photos, alors n’hésitez surtout pas à me critiquer !

Fripouille, coauteur du blog, postera aussi quelques unes de ses photos et créations artistiques en relation avec nos voyages.

Bienvenu à vous !

Question matos pour la photo :

Canon EOS 400D

Canon EF-S 17-55mm 2.8 IS USM
Canon EF-S 55-250mm 4/5.6 IS

DPP pour la retouche en RAW
Photoshop pour la retouche en JPG

Publié dans Bla bla | Pas de Commentaire »

 

chichi |
Ploup ! |
Photos artistiques, par Fau... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Instants Perpétuels
| iraniangirl
| lavoirsenfrance